Nuisibles envahissants ou amis bénéfiques ?

La plupart d’entre nous, qui vivons en Amérique du Nord, avons été élevés dans l’idée que les vers de terre sont des alliés bénéfiques du jardin. On nous a appris que ces bizarreries étaient inestimables pour la santé du sol et qu’elles constituaient une ressource alimentaire pour les oiseaux affamés.

L’idée générale était que si l’on creusait dans le sol et que l’on trouvait une poignée de ces vers, alors ledit sol était super sain. En outre, vous pouviez également utiliser ces vers comme appâts pour la pêche !

Imaginez à quel point il est surprenant de découvrir que les vers de terre communs sont envahissants en Amérique du Nord. En outre, ils ne sont pas seulement envahissants : ils sont en fait assez nuisibles à nos écosystèmes locaux. En effet, les mêmes caractéristiques qui font qu’ils sont parfaits pour nos jardins causent des ravages dans les systèmes forestiers.

Comment les vers de terre envahissants nuisent-ils aux écosystèmes locaux ?

Les jardiniers, les botanistes et les biologistes connaissent bien le rôle des vers de terre dans la santé des sols. Ces vers désagrègent le sol en s’y faufilant, ce qui permet de l’aérer et d’en libérer les nutriments.

L’eau circule alors plus facilement dans le sol, transportant les nutriments à travers la terre et jusqu’aux plantes qui y poussent.

Le problème est que les espèces végétales indigènes d’Amérique du Nord ont évolué au cours des millénaires pour s’adapter spécifiquement à leur environnement local. Les plantes forestières, en particulier, ont appris à extraire les nutriments du sol aussi efficacement que possible. Les vers de terre envahissants perturbent tout cela.

Sols « Mor » et « Mull ».

Si vous vous êtes déjà promené dans une forêt, vous avez remarqué que le sol de la forêt est couvert de détritus. Cette matière organique est constituée de feuilles mortes, de moisissures de feuilles légèrement décomposées, d’aiguilles de conifères tombées, d’insectes morts et de champignons. Le sol d’une forêt est connu sous le nom de sol « Mor » et se compose de ces détritus qui reposent sur un sol plus bas, riche en minéraux, plutôt que d’y être mélangés.

Lorsque les vers de terre sont introduits dans ces sols, ils les modifient radicalement. Quelques années seulement après leur introduction, les vers remuent ces couches ensemble. Ainsi, le « Mor » devient « Mull » à la place.

Les couches sont mélangées de manière plus homogène, ce qui fait des ravages sur la santé des plantes indigènes. En fait, les plantes qui ont évolué pour prospérer dans les différentes couches ne savent plus quoi faire d’elles-mêmes.

Tous les effets se répercutent vers l’extérieur

Les espèces végétales envahissantes s’enracinent plus superficiellement que les espèces indigènes, qui ont dû s’adapter pour puiser les minéraux dans les couches inférieures du sol. Ainsi, ces espèces envahissantes finissent par prospérer tandis que les espèces indigènes manquent de nutriments. [1]

Les plantes ne sont pas les seules à manquer de ces nutriments. Rappelez-vous que rien dans la nature n’existe dans le vide, et cette redistribution des nutriments affecte également les microbes du sol et la santé des insectes. En fait, l’altération de la biologie du sol peut également nuire à la santé des mycorhizes, qui à leur tour affecteront toutes les autres formes de vie à proximité.

En fait, chaque changement s’étend vers l’extérieur et affecte d’autres espèces. Par exemple, les plantes indigènes qui ne prospèrent pas aussi bien ne seront pas en mesure de nourrir les espèces pollinisatrices qui ont évolué pour se nourrir d’elles.

  13 désherbants maison et biologiques - Comment tuer les mauvaises herbes naturellement

À leur tour, ces espèces d’insectes ne seront pas aussi abondantes pour les oiseaux locaux ou migrateurs, ni pour les petits mammifères. Comme vous pouvez l’imaginer, les prédateurs qui se nourrissent de ces oiseaux et de ces petits mammifères (par exemple, les faucons, les hiboux, les renards, etc.) voient leurs sources de nourriture diminuer également.

Au fil du temps, ce qui était auparavant une forêt prospère et pleine d’espèces interdépendantes devient déséquilibrée. Les espèces envahissantes prospèrent tandis que les espèces indigènes meurent, et peuvent ne plus jamais se rétablir dans cette zone.

D’où viennent ces vers de terre ?

Trois des espèces envahissantes les plus courantes, Lumbricus terrestris, Octolasion tyrtaeum Savigny et Dendrobaena octaedra Savigny, ont été introduits en Amérique du Nord au XVIIe siècle. [2]

Les scientifiques supposent que ces vers ont fait du stop sur ce continent dans des bulbes de racines de légumes. Ils (et leurs œufs) se sont probablement cachés dans des choux, des oignons et d’autres plantes alimentaires que les immigrants européens ont apportés dans le nouveau monde.

Puis ils ont poursuivi leur chemin joyeusement une fois introduits dans le sol, laissant tomber leur progéniture au fur et à mesure qu’ils se tortillaient. Ces vers n’ont pas besoin de partenaires pour se reproduire, donc rien ne les empêchait de procréer.

Si l’on considère le nombre de vers de terre qui existent maintenant sur ce continent, on peut voir à quel point ils ont été prolifiques !

Peut-on prendre des mesures pour réduire leurs populations ?

Ces vers sont répandus et prolifiques, comme nous l’avons mentionné. Il serait donc très difficile pour nous de réduire leur nombre de façon significative. Cela dit, il existe certaines mesures que nous pouvons prendre pour réduire leurs populations sur nos propres propriétés.

Les chasser avec un vermifuge à la moutarde

Choisissez un jour où il fait très beau et où le sol est déjà humide. Par exemple, par une chaude matinée d’été ou le soir après un orage. Ensuite, dissolvez 1/3 de tasse de moutarde sèche en poudre dans un gallon d’eau, et arrosez une zone du sol avec.

Il y a un organosulfure composé dans la moutarde appelé isothiocyanate d’allylequi est à l’origine du léger effet de brûlure de la moutarde. Ce composant est également présent dans le radis, le wasabi et le raifort.

Elle irrite la peau des vers lorsqu’elle s’infiltre dans le sol, et ils essaient de ramper pour échapper à la sensation de brûlure. Cela les fait sortir de terre, et vous pouvez alors les attraper et les jeter dans un seau.

A partir de là, c’est à vous de décider si vous voulez les relocaliser, les tuer, ou les utiliser à d’autres fins. Par exemple :

Les donner en pâture aux animaux sauvages

Vous avez probablement remarqué que vous ramenez beaucoup de vers à la surface lorsque vous travaillez votre sol. Chaque fois que vous retournez la terre, des centaines de vers – et leurs œufs – sont exposés. Les animaux locaux ont appris à reconnaître ce buffet et se rassemblent chaque fois que nous travaillons le sol. Des volées de toutes les espèces descendent alors pour dévorer les vers avant qu’ils ne disparaissent à nouveau.

Vous pouvez faire équipe avec votre faune locale pour aider à réduire les populations de vers de terre. Récupérez les vers exposés dans un seau lorsque vous retournez votre sol. Puis étalez-les sur un plateau près de vos mangeoires pour oiseaux. Nous les donnons également (ainsi que divers vers et limaces) à nos amis les ratons laveurs pour qu’ils les mangent.

  15 des meilleures plantes compagnes des carottes (et certaines à éviter)

Si vous avez utilisé le versement de moutarde (aussi appelé  » trempage à la moutarde « ) mentionné ci-dessus, vous devrez laver les vers de terre avant de les donner aux animaux. Bien que la moutarde ne fasse pas de mal aux oiseaux ou aux mammifères, elle n’a pas une saveur attrayante pour eux.

En fait, la plupart d’entre eux l’éviteront. Par conséquent, rincez les vers à fond avec un tuyau d’arrosage pour enlever les restes de moutarde en poudre. Puis offrez à vos amis sauvages le buffet de vers dont ils ont toujours rêvé.

Faites-en manger à vos volailles ou à vos oiseaux.

Si vous avez des poulets, des pintades, des canards, des cailles ou d’autres oiseaux domestiques ou de jeu, vous avez de la chance. Les vers de terre constituent des friandises savoureuses et nutritives pour toutes ces espèces. Laissez donc vos oiseaux courir librement dans le jardin après le labourage pour qu’ils puissent se gaver.

Vous pouvez également leur offrir un buffet de vers et de nourriture similaire au buffet de nourriture pour oiseaux sauvages mentionné ci-dessus. Il suffit de laver la moutarde comme ci-dessus si vous avez fait un trempage pour les faire sortir.

Utilisez-les comme appâts de pêche

Vous vivez près d’une rivière, d’un lac ou de l’océan ? Alors déterrez quelques-uns de ces vers de terre et utilisez-les comme appât de pêche. Les poissons de mer comme la morue, le flétan, le maquereau et le flet adorent ces vers. Il en va de même pour les espèces d’eau douce comme l’achigan, le poisson-chat, la truite, la perchaude et le crapet.

Bien que l’utilisation de vers comme appât à poisson ne réduise pas radicalement les populations de vers de terre, chaque petit geste compte.

Réduire la propagation

Évitez de déplacer la terre d’une zone de votre propriété à une autre, surtout si vous vivez près d’une forêt. Si vous vivez près d’une forêt, utilisez ces trempes à la moutarde en bordure de votre propriété. Cela découragera les vers de se déplacer dans cette direction.

De plus, si et quand vous achetez du compost ou du paillis dans une jardinerie, assurez-vous qu’il a été traité à la chaleur. Ce traitement stérilise le contenu afin d’éviter la propagation d’agents pathogènes du sol. En prime, la chaleur tue également les vers de terre et leurs œufs afin qu’ils ne puissent pas s’établir et se propager.

Il est important de reconnaître l’impact de l’activité humaine sur la santé et le bien-être des écosystèmes. En étant conscients de la façon dont chaque action se répercute sur l’extérieur, nous pouvons faire preuve de plus de diligence à l’égard des espèces envahissantes à l’avenir.

Nous ne pourrons peut-être pas éliminer les vers de terre envahissants de l’Amérique du Nord, mais espérons que nous pourrons nous abstenir de faire des dégâts supplémentaires pendant que nous sommes ici.

Références :

  1. Qiu, J., Turner, M.G. Effects of non-native Asian earthworm invasion on temperate forest and prairie soils in the Midwestern US. Biol Invasions 19, 73-88 (2017). https://doi.org/10.1007/s10530-016-1264-5
  2. Nico Eisenhauer, Stephan Partsch, Dennis Parkinson et Stefan Scheu. 2007. Invasion of a deciduous forest by earthworms : changes in soil chemistry, microflora, microarthropds, and vegetation. Soil Biology and Biochemistry 39 : 1099-110.doi:10.1016/j.soilbio.2006

Laisser un commentaire