Comment fabriquer une corde à partir de plantes ?

Hé, vous vous souvenez de notre article sur les meilleures plantes pour fabriquer de la corde ? Dans cet article, nous avons abordé les espèces que vous pouvez transformer en cordages. Maintenant, nous allons vous apprendre exactement comment pour le faire. Le bricolage de la corde est essentiel pour l’autosuffisance, et une excellente compétence à avoir en général.

Lisez la suite pour un guide étape par étape pour transformer les plantes comme l’asclépiade, les quenouilles, les palmiers, le chèvrefeuille et le saule en cordage super utile et multi-usage.

Est-il difficile de fabriquer une corde de bricolage ?

Non, ce n’est pas difficile en soi, mais c’est… est Cela prend du temps. Si vous avez la possibilité d’acheter votre corde à la place, c’est bien de suivre cette voie. Cela dit, il y a quelque chose d’immensément satisfaisant à fabriquer sa propre corde.

Cela permet également de s’assurer que rien de ce qui se trouve sur votre terrain ne sera gaspillé.

Si vous tenez vraiment à être aussi autosuffisant que possible, alors apprendre à fabriquer ce produit est vraiment idéal pour votre répertoire personnel.

Étape 1 : Rassemblez vos matières végétales

Comme nous l’avons mentionné dans notre article sur les plantes à cordage, il existe de nombreuses espèces différentes qui peuvent être transformées en corde. Les quenouilles et les asclépiades sont mes préférées, mais vous pouvez utiliser tout ce qui pousse en abondance près de chez vous.

Cueillez environ trois fois la quantité dont vous pensez avoir besoin. Le meilleur moment pour cueillir des plantes à cette fin est en automne ou au début du printemps, car les couleurs des tiges sont plus faciles à identifier. Les vieilles tiges grises et friables ne donneront pas de fibres utilisables.

En revanche, les tiges plus vertes et plus récentes seront très difficiles à transformer en fibres.

C’est notre moment Boucle d’or, car les tiges d’un an et les longues feuilles (comme celles des quenouilles) sont parfaites.

Prenez un couteau solide avec vous lorsque vous récoltez. Si vous cueillez des tiges/stalks, essayez de les couper juste au-dessus du niveau du sol, plutôt que d’arracher les rhizomes. Il en va de même pour les feuilles de quenouille ou de yucca. Coupez aussi près que possible de la tige afin de conserver la longueur des fibres.

Étape 2 : Les écraser

La matière végétale est constituée de deux composants principaux : l’amidon et les fibres. Nous voulons faire tremper nos plantes dans l’eau suffisamment longtemps pour que les amidons se décomposent et que nous puissions extraire les fibres facilement.

Disposez vos plantes devant vous, et prenez une grosse pierre solide. (C’est la meilleure partie de la fabrication d’une corde de bricolage).

Frappez les tiges dans le sens de la longueur pour percer l’écorce extérieure. Si vous ne le faites pas, l’eau dans laquelle vous allez les tremper ne pourra pas s’infiltrer jusqu’au centre. Canalisez toutes vos frustrations de la vie dans la tâche à accomplir, et frappez.

Étape 3 : Faites-les tremper

Il est maintenant temps de mettre ces tiges (ou feuilles) dans l’eau. L’endroit où vous choisirez de le faire dépendra des types de cours d’eau dont vous disposez. Certaines personnes aiment utiliser des tourbières ou des étangs pour leurs fibres rouies. D’autres préfèrent les cours d’eau ou les ruisseaux à faible débit.

Si vous n’avez rien de tout cela à proximité, vous pouvez vous contenter de votre baignoire ou de vos seaux. Notez simplement que vous ne pourrez pas prendre de bain pendant une semaine ou deux, et que vous devrez nettoyer la baignoire à fond par la suite. Si vous avez la possibilité de faire tremper vos fibres à l’extérieur, choisissez cette option.

Une technique que nous avons utilisée lorsqu’il n’y avait pas de plan d’eau à proximité est la « fosse humide ».

  Comment bien choisir ses pieds de table ?

En gros, nous avons creusé un trou peu profond dans le sol et l’avons recouvert de bâches. Ensuite, nous avons placé la matière végétale à l’intérieur, ajouté de l’eau, puis recouvert le tout avec d’autres bâches. C’était une solution plutôt bricolée mais qui a fini par fonctionner assez bien.

Faites tremper votre matériel végétal pendant 8 à 21 jours, en vérifiant chaque jour la progression. Vous saurez que les fibres sont prêtes à être récoltées lorsqu’elles se sépareront facilement des tiges.

Si vous ne faites pas assez d’efforts, elles s’accrocheront fortement et seront difficiles à séparer. En revanche, si vous les laissez dans l’eau trop longtemps, les fibres commenceront à se décomposer. J’ai constaté que pour la plupart des espèces, 12 à 14 jours semblent être le juste milieu magique.

Cela dit, certaines matières végétales sont plus résistantes et ont besoin d’un trempage plus long. Par exemple, regardez cette image comme exemple de la mauvaise herbe Caesar (Urena lobata) et l’aspect de ses fibres au cours de son processus de rouissage.

Étape 4 : Libérer les fibres

Une fois la matière végétale amylacée décomposée, les fibres sont relativement faciles à enlever. Rincez-les bien à l’eau courante avant de les séparer. Cela aidera à éliminer l’excès de matière organique de leur environnement en décomposition et vous évitera d’avoir les doigts qui puent pendant que vous travaillez.

Tirez doucement sur les fibres pour les séparer, ou utilisez un grand peigne pour vous aider à les séparer. Sans surprise, les peignes robustes en métal que j’utilise pour traiter les fibres animales fonctionnent bien aussi pour les fibres végétales de la corde de bricolage.

Étape 5 : Rincez à nouveau et suspendez pour sécher.

Une fois que les fibres sont toutes séparées, rincez-les encore une fois. Sérieusement, la matière collante peut s’accrocher très fort, alors frotte-les entre tes doigts sous l’eau courante pour l’enlever.

Maintenant, vous allez devoir les suspendre pour les faire sécher pendant plusieurs jours. J’utilise mon grenier à cette fin, car il est sec, bénéficie d’un bon courant d’air et ne sera pas dérangé par des personnes ou des animaux. Certaines personnes préfèrent faire sécher leurs fibres à l’extérieur. Cela peut fonctionner, à condition qu’il n’y ait pas de pluie prévue.

Visez une branche, un manche à balai ou une corde à linge bien fixée. Puis drapez vos fibres humides dessus de manière à ce que leur poids soit réparti de manière égale. Si vous avez peur qu’elles s’envolent, attachez-les à la ligne avec des liens torsadés.

Assurez-vous que vos fibres sont presque complètement sèches lorsque vous travaillez avec elles. Si vous essayez de tordre et de plier des fibres humides, elles se détacheront et s’effilocheront plus tard. Cela dit, les fibres complètement sèches peuvent être plus difficiles à travailler.

La meilleure technique que j’ai trouvée jusqu’à présent est de travailler avec des fibres bien sèches mais de tremper le bout de mes doigts dans l’eau pendant que je les torsade. De cette façon, il n’y a pas d’humidité persistante à l’intérieur, mais les petites touches d’humidité les rendent plus faciles à manipuler.

Étape 6 : Tordre les fibres

Maintenant que vos fibres sont prêtes, il est temps de les tordre en corde.

Si vous avez déjà fait des bracelets d’amitié noués, vous vous souviendrez probablement que vous deviez fixer une extrémité quelque part pendant que vous travailliez. Il en va de même pour la création d’une corde de bricolage. Procurez-vous une corde usagée et tressez-la sur une longueur d’environ 2 cm avec deux de vos brins de fibres retombées.

Faites un bon noeud, et fixez-le quelque part. J’aime utiliser un arbre si je travaille à l’extérieur, ou une des rampes d’escalier si je le fais à l’intérieur.

  Projets pour les adolescents | 39 bricolages cool pour les adolescents

Ensuite, prenez vos deux brins et tissez-les ensemble. Cette partie est un peu délicate et nécessitera un peu de pratique pour la réussir.

La meilleure technique pour s’assurer que votre corde sera solide et ne s’effilochera pas est de faire une « torsion inverse ». Il s’agit de tordre l’un des brins dans la direction opposée à celle de l’enroulement. Regardez la vidéo ci-dessous pour un guide visuel facile :

Comme vous pouvez l’imaginer, vous devrez continuer à ajouter de la matière végétale au fur et à mesure. La meilleure façon de le faire est de s’assurer que vous ajoutez un seul morceau de fibre à la fois. Si vous essayez d’en ajouter deux en même temps, vous créerez un point faible dans votre corde de bricolage.

Planifiez vos ajouts de manière à ce qu’ils se chevauchent à des incréments alternés. Si vous avez du mal à imaginer cela, regardez l’illustration suivante ici. Comme vous pouvez le voir, les nouvelles fibres sont épissées au point le plus fort (milieu) de la fibre précédente.

Etape 7 : Utiliser tel quel ou tresser pour obtenir une corde plus lourde.

Ce qui se passe ensuite dépend entièrement de l’utilisation que vous comptez faire de votre cordage. Par exemple, les cordes les plus fines sont parfaites pour attacher des tomates, mais elles ne vous aideront pas à tirer un canoë.

Si vous l’utilisez pour des tâches plus lourdes, alors vous devrez plier plusieurs cordes ensemble. Vous ferez cela dans la direction opposée à celle dans laquelle elles sont torsadées, pour faire une corde épaisse et enroulée. Vous éviterez ainsi qu’elle ne s’effiloche et créerez un matériau solide et résistant que vous pourrez réutiliser pendant un certain temps.

Si vous n’avez pas confiance en vos talents de plieur, vous pouvez tresser/placer la corde à la place. Cela peut même être fait de manière incrémentielle pour créer des cordes super épaisses. Par exemple, disons que vous tressez trois de vos cordages ensemble. Cela créera une corde légèrement plus épaisse. Mais que se passerait-il si vous répétiez cette opération plusieurs fois, et si vous tressiez ensuite ces cordons ensemble ? Et vous l’avez répété encore une fois ?

Vous pouvez continuer à tresser ou à natter autant de cordes que vous le souhaitez pour obtenir l’épaisseur de corde dont vous avez besoin.

Façons pratiques d’utiliser votre corde de bricolage

Je peux vous parler de quelques-unes des façons dont nous avons utilisé notre propre cordage autour de la propriété, mais ce n’est en aucun cas une liste exhaustive.

Jusqu’à présent, nous l’avons utilisé pour :

  • Maintenir des structures ensemble pendant qu’elles étaient construites
  • Conduire une chèvre hors de notre porche, et la ramener à son propriétaire (ça ne s’invente pas).
  • J’ai délimité plusieurs zones pour que les animaux ne puissent pas s’y aventurer.
  • Sécuriser les échelles pendant les travaux de la maison.
  • Offrir un soutien supplémentaire aux plantes à forte production (courges, melons, etc.).
  • Attachez les pièges à poissons en forme de panier aux arbres sur le rivage.

Il existe évidemment d’innombrables autres utilisations, mais ce ne sont que celles que j’ai rencontrées jusqu’à présent. Comme vous pouvez le voir, le bricolage de cordes est vraiment une bonne compétence à avoir.

Que vous le fassiez dans le cadre d’un programme d’enseignement à domicile ou simplement pour élargir votre propre répertoire d’autosuffisance, cela vaut vraiment la peine de l’essayer. Et s’il s’avère que vous n’aimez pas ça, il y a probablement une quincaillerie en bas de la rue qui vend des cordes de jute préfabriquées à la place.

Laisser un commentaire