12 façons de jardiner pour aider le changement climatique

Le changement climatique entraîne une modification des régimes climatiques et une augmentation des températures, ce qui constitue un défi pour le jardinage. Les plantes fleurissent ou émergent plus tôt et agissent de manière imprévisible. Cela signifie que notre façon de faire les choses doit changer.

L’acte de jardiner peut être bénéfique pour l’environnement, mais il y a certaines choses que nous pouvons faire pour réduire notre impact et garder nos parcelles abondantes.

Nous sommes tous dans le même bateau, et nous pouvons nous adapter par de petits moyens. Nous devons simplement être intelligents. Si vous voulez savoir ce qu’il faut faire dans votre jardin en réponse au changement climatique, c’est parti.

Conseils pour le jardinage face au changement climatique

Si vous souhaitez avoir un impact positif sur l’environnement tout en continuant à nourrir votre famille, vous devez faire preuve d’adaptabilité. Voici les mesures que vous pouvez prendre :

1. Faites pousser autant de légumes que vous le pouvez

Beaucoup de gens ont de petits jardins potagers, ou juste quelques lits surélevés pour les herbes aromatiques. C’est le moment de faire pousser autant de légumes et de fruits que possible. Ils vous nourrissent et nourrissent l’environnement de bien des façons.

Les avantages sont nombreux :

  • Vous économisez de l’argent. Cultiver des légumes et des fruits à la maison ne coûte qu’une fraction du prix d’achat en magasin.
  • Moins de déplacements au supermarché résultent de la culture de votre propre nourriture.
  • Formulaire amitiés avec d’autres habitants et voisins pour échanger les aliments que vous ne cultivez pas.
  • Cultiver et échanger des aliments réduit la consommation de carburantce qui signifie que les véhicules émettent moins de gaz à effet de serre.
  • Même si vous ne cultivez pas de produits biologiques, vous utilisez probablement beaucoup plus d’énergie que les autres. moins de produits chimiques que le cultivateur commercial moyen.

2. Planter des arbres

Les arbres absorbent d’énormes quantités de dioxyde de carbone. Si chacun plantait un arbre d’ombrage dans son jardin, des millions de tonnes de CO2 seraient absorbées.

Encore mieux, faites de ces arbres que vous plantez des arbres fruitiers. Non seulement vous aiderez l’environnement, mais vous fournirez également à votre famille des aliments frais et nutritifs.

Pensez à planter des arbres d’ombrage près de votre maison pour aider à rafraîchir les pièces en été. Cela signifie que vous n’utiliserez pas autant d’énergie sous forme d’électricité. Il est également agréable de s’asseoir à l’ombre de ces arbres pendant la chaleur de l’été.

3. Réduire la consommation d’eau

Il faut de grandes quantités d’énergie pour traiter et pomper l’eau jusqu’à votre maison. Économiser l’eau réduit la production de gaz à effet de serre. Vous pouvez économiser l’eau en :

  • Mulch vos plantes pour réduire l’évaporation de l’eau. Moins d’évaporation signifie moins d’eau. Le paillage réduit également le besoin d’engrais synthétiques dont la production nécessite beaucoup d’énergie.
  • Utilisez barils de pluie. L’eau de pluie pure et propre est bien meilleure pour vous et votre jardin.
  • Utilisez irrigation goutte à goutte pour alimenter votre jardin en eau de manière lente et constante.
  • Plante tolérant à la sécheresse arbres et arbustes. Tenir compte des principes du xéropaysagisme.

Étant donné que beaucoup de gens n’entretiennent pas leurs outils de jardinage à essence aussi souvent qu’ils le devraient, des outils comme les tondeuses à gazon peuvent produire plus de pollution que nos voitures, que nous avons tendance à entretenir régulièrement.

Essayez de l’utiliser :

  • Tondeuses à gazon qui font tourner les lames de coupe lorsque vous les poussez.
  • Utilisez tondeuse à main au lieu de taille-haies à essence ou électriques.
  • Utilisez un râteau ou balai au lieu d’un souffleur de feuilles à essence ou électrique.

Allez dans les vide-greniers et voyez si vous pouvez récupérer des outils à main utilisés par nos ancêtres. Beaucoup d’entre eux sont si bien faits qu’ils peuvent encore être utilisés aujourd’hui.

5. Compostez vos déchets de cuisine et de jardin

Le compost acheté en magasin coûte très cher et sa production et son emballage nécessitent beaucoup d’énergie. Ensuite, il est transporté jusqu’au magasin. Vous conduisez jusqu’au magasin et le ramenez chez vous, avant de l’utiliser. Le compost acheté en magasin consomme beaucoup d’énergie pour sa production, ainsi que du plastique et d’autres formes d’emballage et d’impression.

  Aménagez votre jardin avec des portails et gardes-corps originaux

La réduction des déchets alimentaires mis en décharge réduit la quantité de méthane qui se forme et se répand dans l’air.

6. Plantez des plantes indigènes autant que possible

Les plantes indigènes à votre région nécessitent normalement moins d’eau que celles qui ont été introduites, et elles fournissent des nutriments et un abri aux oiseaux et aux animaux indigènes locaux. N’oubliez pas que le changement climatique les affecte également.

Les plantes indigènes qui sont vivaces restaurent le sol et aident à éviter l’érosion. Les petits et grands espaces peuvent être remplis de plantes indigènes de différentes tailles.

Les plantes indigènes peuvent généralement développer des systèmes racinaires plus grands et plus profonds, ce qui signifie moins d’arrosage et de nourriture.

Tous les arbres sont particulièrement efficaces pour stocker et retenir le dioxyde de carbone grâce à leur processus de photosynthèse. Le dioxyde de carbone est stocké dans les racines et les tiges ligneuses, puis se transforme en matière en décomposition dans le sol. Mais les plantes indigènes ont tous ces avantages supplémentaires.

7. Utilisez moins de tourbe

Bien que la tourbe ait sa place, c’est une ressource non renouvelable dont l’extraction nécessite beaucoup d’énergie. La récolte de la tourbe libère beaucoup de carbone dans l’atmosphère et modifie le paysage de l’endroit où elle est extraite.

Il existe des produits plus respectueux de l’environnement, comme la fibre de coco.

8. Utilisez moins de plastique

Si vous achetez des semis, essayez de les obtenir dans des pots biodégradables ou compostables. Imaginez combien de pots en plastique sont fabriqués et vendus chaque année, avant d’être jetés et de finir dans une décharge.

Réutilisez tous ces pots en plastique encore et encore. Assurez-vous simplement de les nettoyer et de les désinfecter à chaque saison.

Les bâches en plastique bon marché pour les serres ne durent pas plusieurs saisons. Elles sont belles lorsque vous les installez pour la première fois, mais elles se détériorent rapidement. Leur longévité ne compense pas vraiment l’énergie utilisée pour les fabriquer.

Encouragez votre créativité et essayez des fenêtres recyclées. Elles peuvent être très tendance et dureront toujours si elles sont bien faites.

9. Plantez pour les pollinisateurs

Les pollinisateurs luttent contre la chaleur du changement climatique et la modification de l’environnement. Plantez les espèces que vous savez que les pollinisateurs aiment. Vous voulez attirer tous les insectes utiles, y compris les abeilles domestiques, les bourdons et les papillons.

Essayez :

N’oubliez pas non plus que les espèces indigènes soutiennent les abeilles indigènes, qui sont les plus menacées d’extinction. Contactez votre bureau local de vulgarisation pour savoir quelles sont les espèces les plus efficaces dans votre région.

10. Enlever une partie de la pelouse

Je dis  » un peu  » de pelouse parce que l’idée de ne pas avoir de pelouse fait frémir certaines personnes. Si cela ne vous dérange pas d’arracher toute votre pelouse, allez-y ! Mais il y a d’autres solutions, comme remplacer les zones d’une grande propriété qui sont hors du chemin par des fleurs sauvages ou des arbres indigènes et du paillis.

Les pelouses joliment manucurées utilisent une quantité incroyable d’eau, et si nous pouvons tous enlever une section de pelouse où cela ne fera pas trop de différence pour l’apparence, allez-y.

Si vous êtes courageux, remplacez votre pelouse par des plantes tolérantes à la sécheresse qui utilisent beaucoup moins d’eau que le gazon. Le gazon est considéré comme une monoculture, ce qui est terrible pour l’environnement. Il faut beaucoup de ressources pour le maintenir en vie et il prend de l’espace que des plantes plus bénéfiques pourraient utiliser.

11. Plantez des cultures vivrières pérennes

Pourquoi ? Les cultures vivrières non perturbées, ou celles qui restent dans le sol en moyenne pendant trois ans, peuvent stocker beaucoup plus de dioxyde de carbone dans le sol que celles qui sont retirées et replantées chaque saison.

Non seulement vous aidez l’environnement, mais vous obtenez aussi de la nourriture, et vous n’avez pas à fournir autant de travail.

  Répulsif anti moustique naturel et bio : la formule secrète !

Essaie :

  • Rhubarbe
  • Framboises
  • Myrtilles
  • Artichauts
  • Rampes
  • Oseille
  • Asperge
  • Persil
  • Sauge
  • Thym
  • Mélisse
  • Olives
  • Tees à fruits

12. Cultures de couverture

Ma philosophie est qu’il ne devrait pas y avoir de terre nue dans votre jardin, surtout lorsque vous êtes entre les cultures saisonnières, mais pas encore prêt à planter. La période entre les cultures d’hiver et d’été est le moment idéal pour planter des cultures de couverture.

Plantez des cultures de couverture pour toutes les bonnes raisons, comme la stabilisation du sol, l’ajout de nutriments lorsqu’elles sont enfouies et l’économie d’engrais. L’avantage des cultures de couverture en ce qui concerne le changement climatique est qu’elles absorbent le carbone du sol pendant leur croissance.

Essayez :

  • Seigle annuel
  • Avoine
  • Pois de terre
  • Vesce

J’évite la moutarde à cause de sa propension à se répandre et à surgir partout pour toujours.

Quelques plantes pour lutter contre le changement climatique

Il existe des moyens de lutter contre le changement climatique dans le jardin, comme nous l’avons déjà décrit, mais quelles plantes aident réellement ?

Après tout, de nombreuses plantes seront là bien après notre disparition, il est donc logique de planter celles qui sont les plus efficaces contre le changement climatique.

Plantes rafraîchissantes :

Voici quelques plantes connues pour rafraîchir les microclimats dans votre jardin, ou même les bâtiments où elles sont plantées. N’oubliez pas que certaines de ces plantes sont considérées comme envahissantes dans certaines régions. Ne les plantez pas si c’est le cas dans votre région.

  • Le jasmin : Plantez le jasmin près d’un mur ou d’un bâtiment en plein soleil. Gardez le sol humide. Envisagez de le planter en pots le long du mur d’un bâtiment. Les plantes comme le jasmin sont connues pour aider à refroidir un bâtiment jusqu’à 44ºF.
  • Lierre anglais : Il s’agit d’une plante à croissance très rapide. Vous devrez peut-être la tailler et l’élaguer régulièrement pour la contrôler, mais l’effort en vaut la peine car elle couvre et rafraîchit les murs. Gardez-la bien taillée et vous n’aurez même pas besoin qu’elle grimpe.
  • Viburnum : Cultivez-le en pots alignés contre un mur, ou laissez-le pousser comme un grand arbuste. Le viburnum constitue également une excellente haie.

Arbres :

Les arbres à larges feuilles sont les meilleurs car la photosynthèse est plus importante. Essayez :

  • Chêne
  • Érable
  • Hêtre
  • Noyer noir
  • Epicéa bleu
  • Sapin de Douglas

Tout arbre qui dure jusqu’à des centaines d’années ne peut être que bénéfique pour la planète, selon moi.

Arbustes :

Si vous n’avez pas de place pour un arbre (ou beaucoup d’arbres), essayez de planter des arbustes. Le message est que les plantes aident énormément à lutter contre le changement climatique. En plantant les bonnes espèces, votre jardin restera beau, vous contribuerez à résoudre le problème du changement climatique et à nourrir votre famille en ces temps incertains.

Pour les arbustes, essayez :

  • Romarin (Rosmarinus officinalis) : Cette herbe tolère la sécheresse et peut servir d’ornement.
  • Esperanza (Tecoma stans) : Originaire d’Amérique du Nord, cette plante peut supporter la sécheresse, la chaleur et tout ce que vous lui proposez.
  • Damianita (Chrysactinia mexicana) – cet indigène nord-américain tolère la sécheresse et attire les pollinisateurs.
  • Cotoneaster (Cotoneaster franchetii) – cet arbuste a été montré dans études pour absorber réellement la pollution.
  • Le sumac odorant (Rhus aromatica) – Autre originaire d’Amérique du Nord, il offre un beau spectacle avec son feuillage et attire les papillons avec ses fleurs.

Certains environnements sont en fait mieux adaptés aux arbustes qu’aux arbres, alors réfléchissez à ce qui convient le mieux à votre région.

Conseils pour le jardinage dans un contexte de changement climatique

  • Cultiver des plantes indigènes – plus il y en a, mieux c’est.
  • Compost vos restes de nourriture.
  • Mulchet puis encore du paillis.
  • Réduire la taille de la pelouse où vous le pouvez.
  • Réduire la consommation d’eau et utilisez une irrigation intelligente.
  • Plante arbres, arbustes ou légumes vivaces.

Laisser un commentaire