Comment planter et entretenir ce merveilleux légume-racine ?

Si vous achetez un article via les liens de cette page, nous pouvons recevoir une commission. Notre contenu éditorial n’est pas influencé par les commissions. Lisez la divulgation complète.

Si vous avez déjà voyagé dans l’une des îles du Pacifique Sud, vous aurez vu du taro sur les marchés ou sur n’importe quelle parcelle de terre. Il y a de bonnes raisons pour lesquelles vous pouvez le trouver partout.

Le taro est une culture de base qui convient aussi bien aux jardins de survie qu’aux potagers de tous les jours. Il est riche en nutriments et rassasiant, et la plante entière peut être mangée. Il se conserve longtemps et les feuilles de taro ajoutent de la beauté au jardin.

Si vous cherchez quelque chose de différent et de facile à cultiver, regardons le merveilleux plant de taro.

Qu’est-ce que le taro ?

Taro (Colocasia esculenta) est originaire d’Asie du Sud-Est et est l’une des plus anciennes plantes cultivées. Connu sous d’autres noms tels que dasheen, eddo, melange, ou cocoyam, le taro est une plante subtropicale ou tropicale idéale pour les zones de croissance USDA 9-11, bien que certaines soient rustiques en 7 et 8.

Cependant, comme il arrive rapidement à maturité, vous pouvez le cultiver comme une annuelle dans d’autres zones.

Le taro est une plante herbacée vivace qui peut facilement devenir un pilier de votre jardin. La racine comestible varie de la taille d’une balle molle à celle d’une longue racine beaucoup plus grosse.

Le taro exige des températures élevées constantes, mais vous pouvez toujours le cultiver pour ses feuilles comestibles si vous vivez dans des régions un peu plus fraîches.

Le taro est très riche en fibres alimentaires et en glucides. Il est riche en vitamines E, B6 et C, ce qui en fait un excellent outil pour votre système immunitaire.

Variétés de Taro

Il existe deux types de taro : aquatique et terrestre. Dans les pays asiatiques, on trouve souvent le taro qui pousse dans des champs inondés, un peu comme le riz. Le taro peut également être cultivé dans la terre et c’est ainsi que le cultivent la plupart des insulaires du Pacifique.

Il existe des centaines de cultivars de taro, mais les plus courants sur le continent américain sont ces deux-là :

Trinidad Dasheen (ou Dasheen)

Il s’agit d’une variété populaire aux États-Unis car elle convient aux conditions environnementales de l’Amérique du Nord et produit une grosse récolte. La racine est plus grosse, elle se conserve bien et est facile à cultiver.

‘Dasheen’ est la grande variété que l’on voit le plus souvent dans les magasins spécialisés. Elle est parfois vendue coupée en sections en raison de sa taille.

Il a une consistance sèche et friable une fois cuit.

Eddoe

Beaucoup plus petite que la ‘Dasheen’, elle a la taille d’une petite pomme de terre jusqu’à celle d’un gros citron. Cette variété est connue pour avoir une saveur un peu fade, mais elle peut être utilisée dans des plats où elle absorbera d’autres saveurs.

À Hawaï, où le taro est courant, il existe de nombreux autres cultivars qui poussent. Certains des types les plus courants sont :

  • Bun Long chinois
  • Maui Lehua
  • Lehua Maoli
  • Samona Niue
  • Miyako
  • Pike Kea
  • Manapiko
  • Tahitien
  • Nawao
  • Ula
  • Pikoele

Comment propager le taro

Les plants de taro ne sont pas fiables lorsqu’il s’agit de fleurir, la meilleure façon de les propager est donc d’utiliser la méthode suivante tubercules plutôt que des graines.

  • Trouvez un plant de taro sain, prêt à être récolté, avec les feuilles intactes.
  • Déterrez la plante entière. Vous ne voulez pas endommager les racines ou les tubercules, alors faites attention et creusez largement jusqu’à ce que vous voyiez la taille de la structure des racines.
  • Le tubercule principal est évident en raison de sa taille. Cherchez les mini-tubercules qui ont poussé à partir du tubercule principal. Ils ont souvent déjà des racines qui poussent. C’est pourquoi le taro se répand et pousse si facilement une fois planté.
  • Détachez les petits tubercules du tubercule principal.
  • Plantez ces nouveaux tubercules directement dans le sol.
  • Vous pouvez manger le tubercule principal ou le replanter pour faire pousser d’autres mini-tubercules. Vous devez garder les feuilles intactes si vous voulez replanter le tubercule principal.
  13 plantes d'intérieur qui s'épanouissent dans une faible lumière et à des températures fraîches

Une méthode légèrement différente consiste à utiliser le haut du tubercule et le feuillage pour replanter, en laissant la partie restante du tubercule pour la manger.

  • Récolter un tubercule sain.
  • Couper le sommet du tubercule en gardant le feuillage attaché. Cette tranche doit avoir une épaisseur d’environ 3/4 de pouce.
  • Taillez le feuillage jusqu’à ce qu’il atteigne une hauteur de 8 à 10 pouces.
  • Replantez-la dans le sol.

Une autre méthode similaire à celle des pommes de terre :

  • Déterrer un tubercule sain.
  • Couper en morceaux d’environ 10 à 15 cm de large, en veillant à ce qu’il y ait au moins un œil sur le morceau.
  • Replanter comme une pomme de terre.

Vous pouvez également acheter des plants de départ dans votre pépinière locale. Il est préférable de les planter dans un grand récipient et de les transférer dans le jardin lorsqu’ils sont plus grands. Les cultivateurs de taro expérimentés peuvent planter les jeunes pousses directement dans le sol.

Vous pouvez conserver les petites variétés de taro dans des conteneurs, ce qui vous permet de les rentrer à l’intérieur pendant l’hiver dans les zones plus fraîches.

Comment prendre soin du taro

La température joue un rôle important dans le succès du taro. Le taro a besoin d’environ 200 jours chauds, sans gel. Les températures idéales se situent entre 75ºF et 95ºF.

Dans les climats plus frais, le taro peut être cultivé dans des serres, mais c’est seulement pour les feuilles comestibles, pas pour la racine.

Un sol légèrement acide au pH de 5,5 à 6,5 est préférable. Il doit s’agir d’un sol limoneux qui peut contenir beaucoup d’humidité, mais qui ne doit pas être détrempé ou boueux. Le sol doit bien se drainer et être rempli de fumier et de compost bien décomposés. Le taro est un gros mangeur.

L’eau est l’amie du taro. Ne soyez pas timide lorsque vous l’arrosez, donnez-en beaucoup. Le sol autour du taro ne doit jamais se dessécher. Gardez-la humide.

Étant donné que le taro est une plante tropicale ou subtropicale, il apprécie l’humidité.

Bien qu’il aime la chaleur, le taro doit être planté à l’ombre partielle. Près des sources d’eau comme les étangs avec un peu d’ombre est parfait si vous avez ces conditions.

Le taro fait pousser d’énormes feuilles et cela demande beaucoup d’énergie. Fournissez cette énergie avec un engrais à haute teneur en potassium, du thé de compost ou du thé de consoude.

Meilleures plantes compagnes pour le Taro

La meilleure chose à planter avec le taro est plus de taro. Si vous plantez en rangées, donnez 12 semaines à la première plantation, puis plantez d’autres taros entre ces premières rangées.

Vous pouvez toujours les mettre avec d’autres plantes, mais n’oubliez pas que cela variera selon que vous cultivez votre taro dans le sol ou dans l’eau.

Les options comprennent :

  • Patate douce (sol)
  • Chou des marais (eau)
  • Gingembre (sol ou eau)
  • Citronnelle (sol)
  • Lys (eau)
  • Piments (sol)

Problèmes et solutions pour la culture du taro

Si vous plantez dans le bon environnement, vous avez moins de chances d’avoir à faire face à des maladies.

Feuilles jaunies ou flétries

Ceci est généralement dû à un arrosage insuffisant. Si le sol s’assèche, ou si les jours passent sans eau, le taro sera stressé. Utilisez l’irrigation ou ayez un plan d’arrosage pour cette partie du jardin.

Feuilles en bouillie

Lorsque les feuilles commencent à se flétrir puis à devenir pâteuses, cela est dû à un arrosage excessif. Les feuilles de taro en bouillie invitent d’autres parasites et maladies. Réduisez l’arrosage si les feuilles commencent à se flétrir.

Nématodes des racines

Il s’agit d’un type de ver rond microscopique qui se nourrit des racines des plants de taro. Lorsqu’ils sont présents, vous remarquerez un jaunissement des feuilles ou un retard de croissance. Le taro peut s’arrêter de pousser avant de commencer à paraître faible.

Prévenez les nématodes à galles en pratiquant une bonne rotation des cultures. Maintenez le sol exempt de plantes et de feuillages morts.

  Comment planter et cultiver cette merveilleuse Vicia villosa ?

Utilisez abondamment l’huile de neem dès le jeune âge du taro.

Tétranyques

Ces parasites aiment l’humidité et la chaleur, tout comme le taro. Les feuilles deviennent stressées en cas d’infestations importantes car les acariens sucent la sève du feuillage.

Vous pouvez également voir de fines toiles sur la plante.

Donnez un rapide coup d’eau aux feuilles de taro pour éliminer les acariens, ou utilisez des pulvérisations régulières d’huile de margousier biologique. Notre guide contient d’autres conseils.

Phytophthora Blight

Des lésions imbibées d’eau peuvent être un symptôme, ainsi que le pourrissement de la plante et une croissance floue dans les zones à problèmes. Cette maladie tue la plante si elle est laissée trop longtemps. La plante s’effondre sur elle-même.

Une technique de prévention consiste à garder le sol humide en permanence, mais la plante au-dessus du sol doit être sèche. Évitez d’arroser au-dessus de la tête.

Si vous suspectez cette maladie, il se peut que vous ayez besoin d’applications hebdomadaires d’un fongicide à base de cuivre.

Pythium

Cette maladie fongique peut entraîner la pourriture des racines et est causée par le fait que le taro repose dans un sol trop humide.

Une fois que le pythium a frappé, il est trop tard. La prévention est essentielle, alors plantez les variétés de taro qui sont résistantes. Si vous plantez votre taro avec des morceaux prélevés sur le plant malade, assurez-vous que le taro replanté est exempt de toute maladie.

Mildiou

C’est une autre maladie qui aime l’humidité, et avec les grandes feuilles du taro, c’est une maladie à surveiller. Elle commence par une poussière brunâtre sur les feuilles. Elle se transforme en lésions qui s’étendent et empêchent la plante de faire de la photosynthèse.

Comme le taro perd de plus en plus de feuilles, il meurt lentement.

Traitez régulièrement les plantes dans les zones humides avec de l’huile de neem. Si vous ne le faites pas, et que vous pensez que le mildiou est apparu, utilisez un fongicide à base de cuivre.

Récolte et conservation du taro

Le taro est une plante à croissance relativement lente, et il signale généralement quand il est prêt. Après environ 200 jours, les feuilles commencent à jaunir et à tomber.

Déterrez la plante entière pour exposer le tubercule principal. Sur certains vieux plants de taro, vous pouvez voir les dégâts parce qu’une grande partie du tubercule se trouve au-dessus du sol.

Conservez les petits tubercules pour les replanter l’année suivante ou mangez-les.

Enlevez toutes les feuilles du gros tubercule. Conservez-les dans un endroit frais et sec, pas au réfrigérateur. Vérifiez régulièrement les tubercules car ils se ramollissent plus rapidement que les pommes de terre.

Les jeunes feuilles que vous utilisez pour manger peuvent être conservées au réfrigérateur jusqu’à une semaine. Vous pouvez également récolter les feuilles tout au long de la saison de croissance, mais n’oubliez pas de laisser au moins deux tiers des feuilles sur la plante en tout temps.

Conseils de sécurité pour le taro

  • Toutes les parties du taro doivent être cuites. Ne mangez jamais de taro cru.
  • Le taro contient de l’oxalate de sodium qui se trouve juste sous la surface.
  • Si vous ne connaissez pas le taro, utilisez des gants pour le préparer lorsqu’il est cru. Ne vous inquiétez pas, la cuisson élimine tout problème.
  • Faites bouillir les feuilles de taro (parfois deux fois selon l’âge) pour éliminer l’oxalate de sodium et le goût amer. Ensuite, utilisez-les comme des épinards.
  • Toutes les parties du taro se marient parfaitement avec le lait de coco.
  • Faites cuire, frire et rôtir le taro comme une pomme de terre. Mais il ne s’écrase pas très bien.
  • Le taro se conserve jusqu’à un an au congélateur. Vous devez cependant le cuire et le blanchir avant.

Laisser un commentaire