Comment construire une solide clôture en bois avec des branches d’arbre ?

Si vous avez besoin d’une option de clôture peu coûteuse qui se trouve avoir un look de cottage de rêve, vous allez adorer les clôtures en wattle. La construction d’une clôture en wattle ne demande ni beaucoup de temps ni beaucoup d’argent, surtout si vous avez beaucoup d’arbres sur votre propriété.

Que vous cherchiez à ajouter un peu de texture à votre jardin tout en empêchant les poulets de manger des légumes, ou que vous ayez besoin de délimiter une zone de jardin, la clôture en bois peut tout faire.

Voici comment construire la vôtre.

Qu’est-ce que le « Wattle » ?

Le wattle est un type de matériau de construction fabriqué à partir de matières végétales tissées. Il a traditionnellement été utilisé pour créer des clôtures et des murs d’habitation. En fait, les gens fabriquent des maisons en « wattle and daub » depuis au moins 6 000 ans.

Elles étaient très courantes en Europe pendant les périodes médiévale et Tudor, et de nombreux exemples de ce type de construction existent encore aujourd’hui.

Par exemple, jetez un coup d’œil à cette image d’une maison Tudor : elle fait partie de la Musée vivant de Weald et Downlandsitué un peu au nord de Chichester.

Les murs de la maison sont faits de wattle and daub, tandis que la clôture du jardin est en wattle pur. La différence entre les deux est que le « daub » remplit tous les espaces entre les branches tressées pour créer un mur solide.

Cette paille est faite d’un mélange de fumier de vache ou de cheval, d’argile et de paille. Elle est remarquablement efficace comme matériau de construction, mais comme vous pouvez l’imaginer, elle est un peu, hum, odorante à travailler.

Heureusement, nous ne faisons ici que la partie caroncule, donc vous n’aurez pas à tremper vos mains dans le caca.

Si vous en avez envie, regardez ce petit clip de la série télévisée Tudor Monastery Farm. Vous y verrez comment on tresse une clôture en bois et comment on applique la pâte à modeler. Mieux encore, vous verrez en arrière-plan de nombreux exemples d’utilisation des clôtures en bois ! Elles étaient utilisées pour les clôtures, les lits de jardin surélevés, les enclos pour le bétail, et bien plus encore.

Les clôtures en bois sont-elles efficaces ?

Cela dépend de l’usage que vous en faites. En général, la réponse est « oui », mais il y a une grande variété de facteurs à prendre en considération, bien sûr.

Par exemple, une personne qui vit dans un climat doux et tempéré peut utiliser des clôtures basses en wattle comme lits surélevés. Je ne peux pas les utiliser dans les régions rurales du Québec, car les chutes de neige massives et les variations de température détruiraient les clôtures. Elles sont jolies, mais je devrais les refaire chaque année.

Par contre, je peux utiliser l’acacia comme clôture plus haute pour empêcher les cerfs d’entrer dans mon jardin. Dans ma situation, je dois utiliser des matériaux plus épais et plus résistants.

En fait, l’idéal serait de créer une clôture à double paroi séparée par des ronces et des branches épineuses. Cela créerait une barrière d’au moins un pied de profondeur et d’environ six pieds de hauteur et empêcherait la plupart des grands herbivores de manger mes épinards.

En général, les clôtures en wattle sont idéales pour empêcher les enfants et les petits animaux de se promener dans des endroits où vous ne voulez pas qu’ils aillent. Elles sont également très belles et peuvent être de superbes pièces décoratives dans votre jardin.

Comment construire une clôture en bois, étape par étape

Suivez les étapes ci-dessous pour créer toutes sortes de modèles différents de clôtures en bois. Gardez à l’esprit que le meilleur moment pour construire ce type de clôture est au printemps ou au début de l’été.

Vous avez besoin d’une quantité importante de jeunes arbres et de branches flexibles pour y parvenir. À la fin de l’été ou à l’automne, vous n’aurez que peu de matériaux pour construire, car ils seront tous boisés et épais en prévision de l’hiver.

  Comment nettoyer un canapé en tissu ? Conseils et astuces

Ce dont vous aurez besoin :

Il va sans dire que vous aurez besoin de plusieurs matériaux et articles différents pour réaliser ce projet.

  • Branches et jeunes arbres (pour le support et le tissage)
  • Branches plus épaisses pour les poteaux de soutien
  • Une scie pour récolter lesdites branches et jeunes arbres
  • Une hache ou une hachette pour affûter les extrémités des poteaux
  • Un maillet ou une masse pour enfoncer vos poteaux.
  • Protection des yeux
  • Gants (facultatif)
  • De la peinture à la craie pour trottoir, de la ficelle et un ruban à mesurer (également facultatif).

1. Rassemblez vos matériaux

Vous allez devoir rassembler deux types de bois différents. L’un sera du bois dur épais pour les poteaux de soutien. L’autre sera des branches souples pour les tisser entre eux.

Le meilleur bois pour les poteaux est le chêne, le noyer, le châtaignier ou les branches d’érable. Vous pouvez aussi utiliser du bambou. Visez ceux qui ont une épaisseur d’au moins quatre pouces. Quant à la longueur, la hauteur souhaitée de votre clôture déterminera la longueur des poteaux. En général, il faut couper des poteaux qui font presque deux fois la longueur de la clôture que vous construisez.

Par exemple, vous créez des murs de lit de jardin surélevé de 2 pieds de haut ? Alors, visez à couper des branches d’un mètre de long. Vous enfoncerez la moitié de cette longueur dans le sol afin qu’elles aient suffisamment de force pour supporter la tension des tressages.

Quant aux tisserands, ils doivent mesurer environ 1,80 m de long. L’idéal est d’utiliser de jeunes branches de noisetier, car elles sont à la fois souples et résistantes aux intempéries.

2. Aiguisez les extrémités de vos poteaux

Vous pouvez également les appeler  » montants « ,  » piquets  » ou  » douves « . Si vous recherchez des ressources supplémentaires sur la façon de construire avec de l’osier, vous les verrez peut-être mentionnés sous ces deux noms.

Assurez-vous que votre hache est bien aiguisée, puis utilisez-la pour couper les extrémités de vos poteaux en belles pointes. Vous pouvez soit les couper à un angle de 45 degrés, soit les aiguiser tout autour, comme des crayons.

Cela permet de les enfoncer dans le sol lorsque vous les frappez, plutôt que de vous frustrer à moitié.

3. Coupez vos tisseurs de clôture en bois

On les appelle aussi « baguettes tissées » ou « withies ». Il s’agira soit des branches ou des jeunes arbres susmentionnés et ils seront assez flexibles pour que vous puissiez les plier facilement sans les casser. Ou sans trop jurer.

Le noisetier et l’aulne sont parfaits pour les tisserands, car ils sont tous deux très flexibles et poussent rapidement. Nous taillons ces arbres en taillis pour avoir toujours des tisserands utilisables au printemps. Ils sont parfaits pour fabriquer des paniers, des pièges à poissons tressés, des raquettes, des treillis pour les haricots et les pois, et d’innombrables autres projets.

Essayez de couper les vôtres aussi longues que possible, car vous devrez les tisser dans et autour de vos poteaux. Visez au moins 1,80 m de long, car elles sont assez longues pour être tissées, mais assez courtes pour être maniables.

Oh, et coupez-en BEAUCOUP.

Vous serez étonné de voir combien il en faut pour réaliser ce projet. Pour faire une clôture d’environ 2 pieds de haut et 10 pieds de long, vous aurez besoin d’au moins 40 tisserands. Faites le calcul à l’avance, puis coupez au moins deux fois plus que ce dont vous pensez avoir besoin.

4. Enfoncez les poteaux dans le sol

Prêt à libérer une certaine frustration refoulée ? Ok, prenez votre maillet ou votre masse et préparez-vous à commencer à enfoncer ces poteaux dans le sol. Espacez-les d’environ 30 cm (12″) pour qu’ils offrent aux morceaux tissés beaucoup de soutien.

Faites un plan de l’endroit où vous allez placer les poteaux avant de commencer. De cette façon, vous vous retrouverez avec des lignes nettes et ordonnées, plutôt que quelque chose qui ressemble à un gribouillage de bambin.

  Les 23 meilleures plantes pour la fabrication de cordage (corde, ficelle, etc.)

Prenez des bâtons et de la ficelle et tracez l’endroit où vous voulez que votre clôture soit. Gardez à l’esprit que puisque vous la fabriquez à partir de branches et de jeunes arbres flexibles, vous n’êtes pas contraint par des lignes droites. Concevez votre clôture pour qu’elle soit tissée et ondulée comme la mer si vous le souhaitez.

Une fois que vous avez tracé la forme générale de votre clôture, prenez la peinture à la craie et le ruban à mesurer. Vaporisez un point sur le sol tous les pieds environ (comme mentionné) pour que vos poteaux soient espacés de manière cohérente.

Si vous n’avez pas de ruban à mesurer, vous pouvez utiliser votre propre corps comme règle. Par exemple, vous pouvez utiliser la longueur entre le bout de votre majeur et l’intérieur de votre coude comme mesure d’espacement. Ou l’envergure d’un pied devant l’autre.

Après avoir marqué le plan entier, utilisez le maillet ou le marteau pour enfoncer les poteaux. Ils doivent avoir une profondeur d’au moins deux pieds pour qu’ils puissent résister à la tension des tisserands.

5. Commencez à tisser

Commencez à une extrémité, et tissez une de ces branches fines dans et hors des poteaux que vous avez créés, aussi bas que possible par rapport au sol.

Lorsque vous arrivez à l’extrémité, chevauchez légèrement la branche suivante et continuez. Continuez comme ça sur toute la longueur de la clôture, en étayant les coins au fur et à mesure.

Lorsque vous arrivez à un coin, vous allez faire le tour du poteau d’extrémité, l’enrouler autour du poteau suivant et le doubler.

Ensuite, le prochain tisserand commencera juste avant la fin de la clôture précédente, et continuera sur la suivante à partir de là. Cela rendra le tissage plus sûr. Ce poteau ne sera pas renversé par une chèvre ou un petit enfant, car la tension le maintiendra en place.

Voir cette image comme un exemple de la façon de tisser autour d’un poteau d’extrémité :

Si votre clôture en wattle a une forme plus organique, avec des courbes et non des coins serrés et pointus, faites-en un long tressage continu.

Lorsque vous continuez à tresser les branches et les jeunes arbres, assurez-vous de les pousser vers le bas pour qu’ils soient assez serrés les uns contre les autres. Un tissage plus lâche et plus ouvert convient si votre clôture est décorative, mais pour une clôture fonctionnelle, il est préférable de la rendre serrée et solide.

Vous n’avez pas besoin de tisser de haut en bas sur toute la longueur des poteaux, cependant. Vous pouvez créer un tissage serré en bas, en haut et au milieu pour un aspect plus ouvert.

Une fois que vous avez fini de tisser, vous pouvez laisser la clôture telle qu’elle est, ou finir le haut comme vous le souhaitez. Par exemple, certaines personnes aiment faire passer des lumières de fée sur le haut des clôtures décoratives, surtout si elles sont utilisées dans des jardins à floraison nocturne.

Continuez à construire !

Une fois que vous connaissez les bases de la construction de clôtures en bois, vous pouvez utiliser cette technique pour toutes sortes de projets différents. Essayez d’utiliser les techniques de construction en bois pour construire des enclos pour animaux ou des abris en bois. Ou utilisez des clôtures basses pour délimiter les différentes zones du jardin.

Si vous le souhaitez, consultez Pinterest pour trouver des idées, ou faites des recherches sur la façon dont les gens utilisaient les techniques de construction en créoles aux époques médiévale et Tudor. Les applications de ce type de construction sont presque illimitées, alors soyez créatifs !

Laisser un commentaire